Un grand pilote à Nogaro

diapo-cf16

A plus de 70 ans, Jean Ragnotti ne s’est toujours pas détourné de l’asphalte. Parmi les pilotes français les plus éclectiques, « Jeannot » est davantage connu pour ses prouesses en rallye, mais n’en est pas moins détenteur d’un superbe palmarès en circuit. Au-delà de ces aspects sportifs, c’est bien sûr l’homme que nous vous invitons à découvrir : un homme aux innombrables qualités humaines, qui en font à juste titre l’un des préférés du grand public, et l’un des plus attachants. Celui que l’on surnomme « l’Acrobate » est à l’honneur du 3e Classic Festival qui se déroule à Nogaro du 8 au 9 octobre prochain. Rencontre…

portrait-ragnottiBonjour Jean Ragnotti,

On vous qualifie comme un « pilote aux multiples visages, touche à tout, multi-surfaces, et parmi les plus talentueux »*. Comment cela a-t-il commencé ?

Je me suis pris très tôt de passion pour la course automobile. Dès 6 ans, je conduisais la Renault Juvaquatre familiale de mon père. À 18 ans, je passe mon permis de conduire et devient chauffeur routier. Et avec mes premières économie, j’achète ma première voiture de course, une Renault 8 Gordini, la Berline sportive du moment.

En 1967, je commence à participer des courses dans le Sud-Est de la France. Les podiums sont nombreux, je passe alors pilote professionnel en 1971. S’en suivent 23 années de compétition, dont 20 en compagnie de Renault.

 

À la fois pilote de circuit et de rallye, certains disent que c’est une prouesse que très peu parviennent à réaliser simultanément. Quelles sont vos plus grandes victoires ?

1977 a marqué un tournant : pilote officiel de Renault, je décroche le titre de champion de France de Rallycross sur Alpine A310 V6, en remportant toutes les manches ! C’est également l’année de ma 4ème place au 24 Heures du Mans, celle de ma victoire de classe GTP… Puis j‘ai remporté le Monte-Carlo en 1981 et deux fois le Tour de Corse en 1982 et 1985. J’ai également signé d’excellentes places au Rallye de Côte d’Ivoire, de l’Acropole en Grèce, ou sur les routes du Rallye de San Remo. J’ai gagné deux titres de Champion de France au Championnat de France des rallyes, et quatre titres de Champion dans la catégorie 2 roues motrices. Il paraît que j’ai fais preuve d’une longévité hors du commun dans le rallye en arrivant encore 8ème du Championnat en 1995, à 50 ans, au volant de la Renault Clio Maxi… J’ai concouru sur la glace aussi, le Trophée Andros en 1998 et 1999 par exemple.

Vous avez concouru sur le circuit Paul Armagnac de Nogaro. Quels en sont vos meilleurs souvenirs ?

« En 1975, en Formule Renault Europe, je termine 2ème ex-æquo derrière René Arnoux (qui avait plus de victoire que moi). Cette année-là, nous avons eu deux courses à Nogaro, l’une aux Coupes de Pâques et l’autre en septembre. Je me souviens de ce public exigent, de connaisseurs qui venait en nombre lors de chacun de ces rendez-vous. Mais avec une ambiance propre à Nogaro qui en faisait toujours des épreuves sympas et conviviales. A part l’année où il a neigé pour Pâques et ou nous avons dû brancher des tuyaux sur l’échappement pour refroidir les carburateurs… !

En 75, je signe donc deux podiums à Nogaro, 3ème à Pâques derrière Snobeck et Coudert et 2ème en septembre derrière Arnoux. Heureusement que je n’ai pas gagné sinon j’aurais été obligé d’aller en Formule 1 et d’habiter en Suisse ! ».

Une parenthèse entre toutes ses courses ?

Oui, une expérience de taille mais toujours en lien avec les voitures ! Je suis devenu cascadeur dans le cinéma entre 1974 et 1981, en Italie, France, Espagne… J’étais la doublure d’Alain Delon, de Jean-Paul Belmondo. À la fin des années 1990, j’ai mené des voitures dans la saga « Taxi » pour Luc Besson.

Vous êtes l’un des pilotes français les plus attachants… Comment l’expliquez-vous ?

« C’est mon côté décontracté. J’ai toujours beaucoup plaisanté. Je n’ai jamais vraiment connu la pression. Mais attention : à partir du décompte qui donne le départ de la course, ma concentration devient maximale ».

* Source : www.classicfestival.fr

>> En savoir plus sur le Classic Festival de Nogaro

>> Toutes les fêtes et manifestations gersoises